AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Kiss me like you wanna be loved

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Danaé Al-Nahyan
avatar
TUSCALOOSER
ARRIVÉ LE : 25/01/2015
MESSAGES : 52
AGE : vingt-deux années, t'as pourtant pas vraiment eu de jeunesse ou en tout cas, pas celle des autres.
AVATAR : Lais Ribeiro, douce sensualité.
CRÉDITS : trust issues pour l'avatar, tumblr pour les gifs.
PSEUDO, PRÉNOMS : Léa, la minuscule inconnue.

Tu es née à Touscaloosa dans une famille modèle, le genre où aucun faux pas n’est accepté.  Tu as toujours été élevée dans des règles strictes que tes amis ne comprenaient pas toujours, surtout vis-à-vis des études ou de la religion.    Musulmane, tu as toujours eu de grands principes, comme ne se donner pour la première fois qu’après le mariage.  Tu pratiques, tu crois en cette puissance supérieure,  tu espères qu’elle t’aidera dans ta vie. Et tu détestes qu’on te dise que tout ça c’est des conneries parce que tu y crois  et tu veux continuer d’y ;  ça t’aide à arrêter d’avoir peur, peur de la vie, peur de la mort. Tu as toujours été la fille et l’élève modèle. Celle que les parents rêvent d’avoir, que les professeurs ne cessent de féliciter. De toute façon tu n’avais pas le choix si tu voulais que tes parents ne te mènent pas la vie dure. Au début, tu travaillais pour eux. Aujourd’hui, tu sais enfin que c’est pour toi. Tu as toujours rêvé du grand amour. Celui dont on parle dans les livres,  qui te fait toucher le ciel, qui te transporte jusqu’aux étoiles. Tu savais que quand tu le trouverais, tu lui donnerais tout .. absolument tout de toi. ⊹ T’es amoureuse. Folle amoureuse. A Clyv, tu lui as tout donné. Ton corps, ton âme, ta confiance. Tu ferais tout pour lui, tu croirais à tout pour lui. Tu ne bois ni ne fume. Tu n’as jamais fait aucun véritable excès à part avec Clyv parce qu’avec lui, tu es quelqu’un d’autre. Tu veux qu’il te trouve belle, désirable. Tu veux qu’il t’aime autant que tu l’aimes. Tu aimerais le rendre fou d’amour.  Tu rêves d’aider les enfants du monde entier, et surtout du monde arabe. Tu espères, après tes études, créer une association. T’es une intellectuelle. Tu aimes la littérature, l’écriture. Tu pourrais passer des jours à écrire dans le carnet que tu as toujours sur toi. Tu y écris en arabe, comme ça personne ne peut comprendre. Tu aimes aussi l’art, la peinture, le dessin. T’es plutôt douée, tu aurais bien voulu faire quelque chose avec ça, mais tes parents t’ont toujours dit que ce n’était pas un métier, d’être artiste. T'as une belle voix. Tu fais partie du Glee-club mais c'est un genre de secret, tu as peur qu'on se moque de toi et surtout que tes parents l'apprenent.  Tu sors peu en soirée, tu ne t’y sens pas à ta place, alors on te traite de coincée ; tu dis t’en moquer, et puis tu pleures. T’es la sensibilité à l’état pure. Tu ris, tu pleures, tu as sans cesse besoin d’être rassurée. T’as l’impression de pas être grand-chose dans ce monde, de ne pas être très intéressante non plus.  Tu t’accroches toujours aux belles paroles, sans doute avec une grande naïveté enfantine. T’es douce, tu détestes les conflits ; toi, t’es plutôt du genre à te rabaisser, à te taire. Parfois tu exploses, tu hurles et là, personne ne comprend ; on avait presque fini par t’oublier. Tu es sans doute l’une des meilleures amies que l’on pourrait désirer avoir ; toujours à l’écoule,  fidèle, prête à aider à n’importe quel moment du jour et de la nuit.
TUSCALOOSER

MessageSujet: Kiss me like you wanna be loved   Sam 31 Jan - 0:41



∞ clyv + danaé
« On s’en va chérie,  à ce soir ! » La voix de ton père, en bas de l’escalier, résonnait jusque dans ta chambre. T’aurais pu crier pour répondre mais t’en avais pas envie ; t’étais ailleurs, dans tes pensées. Assise sur ton lit, immobile, les yeux dans le vide, t’étais censée bosser depuis une heure et pourtant, t’y arrivais pas. T’avais cette feuille blanche devant toi, celle sur laquelle tu devais griffonner des idées pour ton devoir ; d’habitude, à cette heure-ci, ça aurait déjà été fait. T’étais le genre de fille sérieuse, celle qui faisait toujours ce qu’on lui demandait, qui ne prenait jamais de retard, qui s’avançait. T’étais celle que les profs disaient d’elle qu’elle allait faire de grandes études, un grand chemin ; celle que les parents félicitaient parce qu’ils en étaient fiers. Ca faisait pourtant plusieurs mois que la donne avait changé, tu bossais moins, tu étais plus distraite, t’avais tendance à lâcher ton attention, faire vagabonder ton attention ailleurs, sur des choses qui te faisaient battre le cœur. T’étais amoureuse. T’avais maintenant autre chose que des cahiers dans ta tête. T’avais des mots, mais c’étaient plus des mots à apprendre, c’était des mots d’amour, des mots doux ; ceux qui font rêver. Parfois tu te sentais idiote quand, en plein cours, tu réalisais soudainement que t’étais ailleurs ; loin, bien loin de l’apprentissage des langues.. Ou en tout cas, pas cet apprentissage-là. Il l’avait vu, tes parents, que tu étais un peu moins sérieuse, même si tes résultats restaient plus ou moins excellents parce que finalement, tu te rendais compte que t’avais peut être pas besoin de bosser tant que ça. Mais tes parents, ils n’avaient pas apprécié quand ils avaient compris qu’un garçon se cachait derrière tout ça. Ton père avait hurlé au scandale, t’avais traité comme la honte de la famille parce qu’ils avaient toujours voulu d’un musulman pour toi et que ce n’était pas négociable. Et puis ils avaient fini par se faire à l’idée ou du moins, ils s’étaient dit que c’était un flirt qui passerait, un flirt sans importance, un flirt platonique, surtout. Ça, c’est ce qu’ils espéraient.. C’est ce qu’ils croyaient.  

T’avais toujours dit que ton corps, tu le donnerais pour la première fois à ton mari, lors de ta lune de miel. Mille fois, tu avais imaginé ce moment à la fois intense et intime et jamais tu n’avais imaginé que cela puisse en être autrement. Tu n’avais jamais compris les filles qui avaient un gars différent toutes les semaines, qui faisaient n’importe quoi de leur corps … Pour toi, elles ne se respectaient pas. Pourtant, t’avais des amies qui étaient comme ça mais elles avaient beau être proches de toi ; tu ne les comprenais toujours pas. Tu avais donc dit «  jamais avant le mariage », on t’avait répondu que t’étais une idiote, une coincée, que c’était le genre de trucs qui se faisaient plus, que c’était juste une coutume ancienne. T’avais répondu que c’était eux, les idiots. Et finalement, t’avais failli à ta propre parole, t’avais craqué, t’avais honte, parfois .. Et puis tu te rappelais à quel point ça pouvait te faire du bien, et t’oubliais la honte, t’oubliais les remords, t’oubliais les scrupules, la religion, les promesses.  Tu te disais que c’était sous le signe de l’amour ; tu t’étais donnée parce que t’étais folle amoureuse, parce que son cœur t’appelait, que son corps te réclamait. T’avais craqué parce qu’il t’avait dit qu’il t’aimait. Et puis, bien sûr, tu l’avais caché ; dans ta famille, personne ne devait l’apprendre,  jamais.

Le regard vide, tu pensais à votre dernière fois. Il n’avait pas réussi à atteindre le plus haut des plaisirs, lui qui d’habitude en réclamait sans cesse. T’avais pas compris et depuis, tu te demandais ce qui clochait chez toi, ce que tu avais fait de mal. T’avais peur que ça recommence, peur qu’il te laisse, peur qu’il aille voir ailleurs. D’ailleurs tout le monde disait qu’il le faisait déjà mais t’y croyais pas, tu voulais pas y croire, ça pouvait pas être vrai .. Tu l’aimais trop pour ça. « mais .. Qu’est-ce que tu fais là ? » La sonnerie de la porte d’entrée t’avais sortie de tes pensées. Bêtement, tu avais cru que tes parents avaient oublié quelque chose et t’avais même pas pensé à enfiler quelque chose de décent ; t’étais encore en peignoir que tu avais enfilé après ta douche, autant dire pratiquement nue, devant l’homme dont t’étais éperdument amoureuse mais que t’étais censée virer de chez toi parce qu’il n’avait pas le droit de venir quand tu y étais seule.  Et il le savait. Tu faisais un pas vers lui, tu l'embrassais .. et t'avais envie que ça dure toujours.  


© .JENAA


I'd rather hurt than feel nothing at all.

And I need you now. And I don't know how I can do without. I just need you now. And I wonder if I ever cross your mind. For me it happens all the time.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur • • •
 

Kiss me like you wanna be loved

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Kiss me like you wanna be loved ft. Mathis de Fontanges [HOT]
» [M] ▲ JAMIE DORNAN - kiss me like you wanna be loved.
» DITA VON TEESE ✤ i wanna be loved by you
» [Intrigue SV] I wanna be loved by you
» Kiss me goodbye [PV Natasha]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oh My Alabama! ::  :: rich districts :: residential area-